Les styles de Tai Chi Chuan

L’école Chen
La plus ancienne des écoles, est née dans les campagnes du district de Wenxian, dans la province du Henan, l’école Chen a fait son entrée à Beijing (Pékin) en 1928. Conservant certains mouvements vigoureux et sautillants de la boxe antique, elle allie la force à la souplesse, la lenteur à la rapidité, donne la préférence aux mouvements giratoires et enveloppants et demande des efforts physique relativement important. 

L’école Yang
Membre de L’école Chen, Yang Luchan a perfectionné la méthode et l’a transmise à son petit fils Yang ChengFu qui a fini par lui donner sa forme définitive. C’est grâce à Yang luchan que l’on doit la popularité du Tai chi chuan. A l’heure actuelle, l’école Yang est la plus populaire dans le monde. Elle est caractérisée par le dégagé et l’élégance de ses postures, l’homogénéité et la souplesse de ses mouvements souvent fort amples et décrivant des arcs. 

L’école Wu
Après avoir appris le style Yang, et sur les bases de cette dernière, Wu Quanyou, un mandchou de Beijing (Pékin), et son fils Wu Jianquan ont créé et développé un style à part, celui de Wu, dont la popularité ne le cédait qu’à celui de Yang. Il se caractérise par la délicatesse et la souplesse, la précision et la lenteur, la forme en arc et l’ampleur rationnelle des mouvements. 

L’école de Hao
S’étant formé au style Chen au Henen, Wu Yuxiang développa la boxe de ses maîtres, laquelle fut introduite plus tard à Béjing (Pékin) par son disciple Hao Weizhen. Cette école recherche la simplicité et la concision qui confèrent à son art le charme gracile et rustique du prunier à fleurs. Les mouvements peu amples ; souples et lents obéissent à des règles rigoureuses et exigent une parfaite rectitude du corps. 

L’école Sun
Après des débuts dans les boxes Xingyi et Bagua, Sun Lutang se mit à pratiquer la boxe de l’école Hao, à partir de laquelle il élabora un style propre à lui, caractérisé par l’adresse et l’ingéniosité dans les mouvements, la fréquence des évolutions changeantes d’ouverture et de fermeture, la souplesse du jeu des pieds, la libre succession des avances et des reculs, ce qui lui a valu le nom de « boxe Taiji souple ». 

Ces principales écoles de boxe Taiji, différentes par leurs méthodes d’entraînements et leurs styles, sont identiques quant à leurs principes fondamentaux et à la structure de leurs séries enchaînées de mouvements. 
Après la fondation de la république populaire de Chine, la boxe Taiji (Tai chi), vedette des arts martiaux, s’est rapidement répandue. Sur la base traditionnelle, les services d’éducation physique ont successivement élaboré les variantes suivantes : 

La boxe taiji simplifiée », destinée aux débutants, fit un choix de « 24 mouvements » ( année 1954) parmi les plus importants et les plus représentatives de l’école Yang, allant des plus simples aux pus complexes, de manière à faciliter la pratique et la mémoire. 

Le style « 88 » (année 1959) a été élaboré à partir de celui de l’école Yang. Tout en conservant la structure et l’agencement des mouvements de la boxe traditionnelle, il unifie les méthodes d’entraînement et fait ressortir les caractéristiques de la boxe de Yang. 

La boxe Taiji synthétisée, ou style 66, réunit ce qu’il y a de meilleur dans les différentes écoles. Avec un contenu riche et complet, elle demande des efforts physiques relativement importants, et sert surtout pour l’enseignement des praticiens assez avances. 

Le style « 48 » ou « 40 » ou « 42 » (année 1989) pour le niveau moyen se base principalement sur celui de l’école Yang, tout en se référant à d’autres. Il est particulièrement bien accueilli par les amateurs pour son dynamisme, son équilibre et sa grâce. Il marque une rupture avec les conventions traditionnelles et dépasse les limites entre écoles. 

En 1989 a eu lieu la première compétition de Taiji. 

Mais les systèmes modernes n’ont plus les mêmes recherches ou un fossé existe en le style traditionnel, ou le fondateur Yang Luchan était surnommé « l’invincible » pour la façon de relever et gagner les défis sans blesser son adversaire, et la forme physique actuelle. 

Il existe aussi des variantes, des styles anciens (vieille forme de Yang, Guanpingyang, Chen…) et d’autres systèmes qui porte le nom de Taiji (Tai Chi) mais qui n’ont aucune origine avec le style Chen, comme le Ying Taiji (aigle) …etc 

Sifu Mag 18 septembre 2023

Sifu magazine


En ente ici
Se connecter pour laisser un commentaire.

Wudang Tai Chi